Messages les plus consultés

Nombre total de pages vues

Translate

Rechercher dans ce blog

Ma liste de blogs

Reflets du Passé

Actualité de l'auteur et de sa collection aux éditions Dualpha, ayant vocation à exhumer des textes toujours d'actualité. Thèmes abordés : Magie,illusionnisme, prestidigitation, ésotérisme. Pour tous contacts avec la rédaction de ce blog, pour poser vos questions, et pour être averti de nos nouvelles mises en ligne : refletsdupasse@gmail.com Attention tous les textes mis en ligne sur ce blog sont soumis au Droit d'Auteur.

mercredi 29 mars 2017

COLLINET


Une ancienne affiche met en relief le programme du Théâtre Collinet :
« Fête foraine, théâtre Collinet, Spectacle de Famille qui fera revivre les meilleurs temps de Robert-Houdin.
Collinet et sa troupe : Prestidigitation, Illusions, Grands Trucs, Spiritisme, Automates, Scènes Comiques, Attractions de Music-Halls, etc. ».
Une manière de revenir sur ce personnage incontournable du paysage magique français :
Gaston-Louis Collinet (1880-1960), magicien et forain.
fondateur de l’imposant (et démontable) Alhambra des familles (40 mètres de long sur 11 mètres de large, 500 places, une scène de 35 m2).
Un virus du spectacle contracté auprès de ses beaux- parents, propriétaires du Théâtre Maty.
Il n’hésitait pas à exporter ses programmes dans les music-halls parisiens Empire, Olympia, Eldorado, épaulé par ses deux fils et une troupe de trente personnes : lévitation, cage d’or, apparition des bocaux de poissons, le décapité récalcitrant, cartomane. (Source : l’Interforain en ligne, Collinet, un maître de l’illusion).
Propriétaire, à la grande époque des foires, d’un théâtre ambulant « Son merveilleux théâtre » décrit comme un établissement luxueux qui répondra à l’attente du public en devenant :
« Le théâtre Fantastique ».
(Notice sur le théâtre Collinet in Passez Muscade, Journal des prestidigitateurs amateurs et professionnels, n° 7, 16e année, 1932).
Il dirige dans ce cadre, une compagnie itinérante dite « Collinet ».
À son programme : La Lévitation, La Femme squelette.
Bibliographie :
In L’Escamoteur, sous la direction de Robelly, années 1947 à 1951, pp. 1237, 1335, 1369.
Jacques Garnier, Forains d’hier et d'aujourd’hui : un siècle d'histoire des forains, des fêtes et de la vie foraine, 1968.
Blaise Aurora, Histoire du cinéma en Lorraine : du cinématographe au cinéma forain, 1896-1914, Éditions Serpenoise, 1996.

CLEMPERT, l’imitateur.


Le trompe la mort.
John Clempert (né le 18 avril 1878 à Poletavarr en Russie - mort en mai 1940) fut un artiste prestidigitateur spécialisé dans l’escapologie.
Il débute au sein de la troupe du cirque Farroni, où ses talents de lutteur et d’hommes à la mâchoire d’acier font déjà sensation.
Jeune, il se fait connaître avec des tours où il termine un saut dans le vide suspendu au dessus du vide (à une quinzaine de mètres) les pieds entravés par une corde.
Un accident survenu en 1903 l’oblige à mettre un terme à ces numéros risqués.
Il fait une pause d’une année durant laquelle il devient inventeur (menottes), avant de rejoindre le cirque américain Warren. La troupe va parcourir l’Inde et l’Extrême-Orient, rencontrant succès mais aussi déboires.
De retour en Angleterre, il s’essaye au répertoire de Harry Houdini (notamment avec l’évasion du fût rempli de lait).
Houdini n’apprécie pas ce plagiat, d’autant que ses tours sont déposés et protégés sur le territoire anglais.
Clempert interrompt sa carrière jusqu’au décès d’Houdini.
Dès lors, se sentant libre, il reprendra (en 1927) à son compte les tours de son ancien et prestigieux concurrent : « Épisodes passionnants de John Clempert, L’étoile brillante des royaumes du mystère – 1910 ».
Une affiche le présente comme The Siberian Death Defier and Aviator Baffling.
Ce support commercial date ses exploits mettant ainsi en perspective une carrière de « clône d’Houdini ».
On y voit Clempert pilotant un biplan, s’échappant d’une caisse en bois où il était enchaîné (à Buenos Aires le 17 mai 1910), brisant ses chaînes en apnée dans un cylindre transparent rempli d’eau (le 28 août 1909), se jetant enchaîné des ponts de Bristol (21 août 1909), de Londres (15 septembre 1909), de Buenos Aires ( le 6 mars 1910).
Mais le tableau serait incomplet en oubliant ses hauts faits d’armes à l’encontre de la Russie, le faisant passer pour un aventurier de la Liberté.

1845-1941, Théâtre ROBERT-HOUDIN.


Une affiche proposée récemment à la vente sur un site d’enchères, illustre une programmation (datée de 1941) en hommage au célèbre théâtre à destination des enfants :
« Théâtre Robert-Houdin, le Music-Hall de la Jeunesse.
Palais de la Mutualité, 24, rue Saint-Victor, Paris 5e (Métro Maubert – Mutualité).
Matinées, tous les jeudis à 15 heures.
Spectacle de music-hall familial.
Les illusions fantastiques de Robert-Houdin, exécutées par des prestidigitateurs modernes.
Jeux et Concours.
Les attractions les pus divertissantes, les clowns les plus drôles.
Places à partir de 6 francs.
Location familiale à la Salle de Spectacle ».
Cette initiative, saluée comme une renaissance, fut l’objet d’un article publié dans le quotidien Paris –Soir (du 13 octobre 1941) informant les lecteurs du prochain spectacle, citant deux virtuoses de la prestidigitation : Mayette et Venot.
Les danseurs et les jongleurs étaient aussi de la fête.

HERVEL, Benoit Joseph Phillis, dit (1913-1992).


Magicien français, membre du Cercle Robert-Houdin de Saint Etienne.
Il est évoqué dans l’ouvrage Trucs et Prestiges (1952) du magicien Robelly, dans la partie consacrée aux « trucs des autres ».
Il propose au public un répertoire basé sur le mentalisme durant une certaine période en duo avec sa partenaire Lyska.
Sur scène ils s’inscrivent dans le registre alors très prisé de la télépathie et du mentalisme.
L’exposition La Magie : Un art Millénaire, présentée à l’initiative de la mairie de Reims, (du 1er au 30 Octobre 2005, dans l’ancien Collège des Jésuites, en collaboration avec le fonds du Musée de la Magie), proposa aux visiteurs, dans le cadre des grandes illusions, La Malle des Indes de Hervel.
Parmi ses tous emblématiques citons la marche masquée (durant laquelle Hervel évite tous les obstacles posés au sol de manière aléatoire par les spectateurs), la partie d’échecs masquée.
Auteur de :
Pour débuter en prestidigitation, Lyon, Imprimerie Tallins, vers 1940.
Bibliographie et Sources :
Catalogue Gros-Delettrez, Vente du Dimanche 6 juin 2004, Collection Christian Fechner : Magie et Illusionnisme, lot n °296, L’énigmatique Magicien Hervel, Lithographie, signée Finot.
L’Escamoteur, (1947 à 1951) pp. 194 et 420.
Max Dif, Histoire illustrée de la prestidigitation, 1986.
Richard Raczynski, Un tour du Monde de la Magie et des Illusionnistes, Dualpha, Paris, 2011.
Note :
Les clichés présentés sur le blog sont signés Jean Dazaud (à Saint-Etienne).

mercredi 22 mars 2017

PROFESSEUR MARCEL


Les Cartes biseautées, tours inédits du Professeur Marcel.
Tout le monde Physicien, facile à faire.
3e prix du concours Lépine.
Pour rire, pour s’amuser, pour se distraire en société et en famille.
200 francs.

CATALOGUE N° 13 - ABBOTT’S MAGIC NOVELTY


Company, Colon, Michigan, U.S.A., 1952.

CARTE de L’UNION DES PRESTIDIGITATEURS de FRANCE


(Ordre des Magiciens, Journal Officiel du 2 juin 1950).
Ex-Club ENTRE NOUS MAGICIENS.Siège social : 11, rue Sainte-Marthe, Paris Xe
Année 1951.
Carte de membre donateur, cotisation : 200 francs.